Puisque...

                        Puisque...

  

Puisque tu dois partir et que je dois rester,

Même la rose, amour, est faite pour faner;

Puisqu'il en est ainsi d'un hiver pour l'été,

D'une nuit pour un jour, d'une mort pour un né;

 

 

Puisqu'il faut t'en aller, que rien ne s'y oppose

Déjà plus, tout est prêt, les affaires rangées,

L'ordonnance réglée, que moi-même je n'ose

Plus bouger, mon ange, de peur de déranger;

 

 

Puisqu'il en est ainsi de ce sacre morose,

Chacun de nous, un jour, doit être couronné

D'éther d'abord, de terre et puis d'éternité,

Pourquoi alors, dis-moi, je pleure à cette chose?

 

 

                     Etienne Busquets

 

P1010615

Ajouter un commentaire