Sans cesse la cigale et son scintillement...

             Le rêveur de la rive...

 

 

Sans cesse la cigale et son scintillement

Qui depuis l'autre rive attendrit le rêveur

Pendant que le soleil écrase ce qui meurt,

Indifférent à l'ombre et à tout ce qui ment.

 

 

Un lézard ocellé aux aguets, un poète,

Une vague fraîcheur, un peu de vent zélé,

Des grenouilles enflées qui coassent les pieds

Alors que lui voudrait des rimes qui craquettent.

 

 

Dans l'azur un oiseau suit une route aisée

Faite d'encre invisible et de vents alizés...

Oiselet, s'il te plaît, ô bohème léger!

Prends ta plume, écris-moi un poème enneigé!

 

 

 

                 Etienne Busquets