La vieille ville ocre et safran...

         Menton croqué…

 

Une mer d’huile au lac d’argent

Apaise au souffle de ses vagues ;

Rieuses, des mouettes vaquent

À leurs rêves de goélands…

 

La  vieille ville ocre et safran,

Sur les arcades du Soleil,

Nous ment avec ses trompe-l’œil,

Ses jalousies et son printemps ;

 

Mais sa vérité est ailleurs ;

Nullement à ses frontispices,

Mais là où vont les marieurs,

Près de Cnossos et d’Eurydice.

 

Les amoureux se bécotant,

Vont lézarder à  son Musée ;

Au bastion, d’un air amusé,

Les a pendus notre ami Jean.

 

« Innamorati » indécents,

Après s’en être énamouré,

Au bastion, une fois croqués,

Un jour les pendit Cocteau Jean…

 

     Etienne Busquets