Entre mesure et démesure

Par la bouche de ma blessure...

Par la bouche de ma blessure...

 

Par la bouche de ma blessure,

Par le venin que vous y mîtes

Pareil à mon sang qu'il imite

Pour me tromper aimable et sûr.

 

Par la bouche de ma blessure

Que rien désormais ne rassure,

Ni le sucré ni le goût sur

De vos salives hypocrites.

 

Par sa bouche d'ombre sanscrite,

Par ses surates et ses mythes,

La muselière des césures,

L'aveu même de sa limite.

 

Par cette plaie qui s'invétère,

Miroir au centre des contraires

Entre mesure et démesure,

Par la bouche de ma blessure.

 

 Etienne Busquets

 

Sospir judith