Les collines du Bruc

                         Le Bruc.

 

Ô collines du Bruc, vous semblez des îlots

Sauvages rescapés des temps immémoriaux

Où la mer était là, à l'ère secondaire;

Sous les genêts vos os sont faits d'un doux calcaire

 

Et d'un tendre fossile aux spirales d'hélix.

Les lacs se retirant sculptèrent vos rivages,

Déposant une mer d'argile aux verts herbages

Jusqu'au Dadou dont l'homme avide fit un Styx.

 

Souvent je rêve que je navigue vers vous;

Les labours sont mes flots, vous, la terre promise

Que je vais aborder, mon Ithaque insoumise,

Et bientôt je vais voir Herculanum debout.

 

                   Etienne Busquets

Herculanum 20sanctuaire web

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×