A l'horizon, des bricks filent vers Médéa...

                                 Médéa.

 

 

Au loin, noirs, les cyprès, balayés par les vents,

Paraissent des sorciers aux profils indomptables,

Se pâmant, se tordant, spectres d'un feu dansant

Aux rires impromptus attisés par le diable.

 

Hauts, les cèdres ailés leur racontent des fables

Pleines de martinets et de marins pêcheurs,

Quand la vigne soudain s'écarte pour une heure

Douce et sauvage et bleue d'une mer qui s'attable.

 

A l'horizon, des bricks filent vers Médéa...

Mayday! d'Alger, mayday! attention souvenirs!

Un enfant sur le pont quitte la Médina...

Vite un cahier! coller les timbres à venir,

 

Ne pas se disperser, recréer un chez-soi!

Par le hublot jetée, la thermos à la mer

Flotte avec son message de café amer...

Le Touquet-Paris-Plage, le Fragonard lilas...

 

Et bistre, et vert foncé et bleu, le Médéa.

 

 

               Etienne Busquets

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.